Pêche de la truite en été : techniques et astuces

paysage de rivière en été pendant la pêche de la truite

Les conditions de pêche

A cette période de l’année, les eaux sont souvent basses et chaudes. Cela en raison du cumul de plusieurs facteurs :

  • La végétation prélève l’eau nécessaire à sa croissance,
  • Les activités agricoles (arrosage des maïs, abreuvage des troupeaux…) pompent souvent directement dans la rivière,
  • Les activités humaines (arrosage des jardins, pelouse, remplissage des piscines…) puisent eux aussi dans les ressources en eau,
  • L’allongement de la durée d’ensoleillement, de 6 heures du matin à 21 heures du soir contribue à l’évaporation d’une quantité importante d’eau,

Les besoins physiologiques de la truite

La truite est un poisson d’eaux vives avec des besoins en oxygène dissout important, sa survie est directement liée à la température de l’eau. Elle est considérée comme optimale entre 7 et 17 ° C.

Des eaux trop chaudes (+ de 19° C) vont amener la truite à chercher une zone de confort (courant, pied de cascade…) afin d’y bénéficier d’un taux d’oxygène dissout correspondant à ses besoins physiologiques. Elle va aussi réduire ses phases d’activités alimentaires, vers les pointes du jour et durant la nuit.

Le seuil létal est atteint à partir des 22° C… il faut savoir s’adapter pour espérer prendre une truite en période estivale.

Mes conseils 

  • Pêcher les extrémités du jour.

  1. Le coup du soir commence à mon sens vers 20 heures pour finir à la nuit tombante.
  2. Le coup du matin impose de se lever très tôt, pour être idéalement au bord de l’eau lorsque le jour se lève. Je préfère cette option. Car la fraîcheur de la nuit a contribué à faire baisser de quelques degrés la température de l’air, de l’eau et les truites sont souvent déjà à table au moment où vous arrivez au bord de l’eau. Vers 9 heures du matin vous pourrez rentrer chez vous, et profiter des activités de baignades avec vos amis ou votre petite famille.
  • Le parcours de pêche doit avoir les caractéristiques suivantes : très ombragé, comportant de nombreux courants bordés de caches (bloc de pierre, enrochement, dessous de berges…), des zones oxygénées où l’eau est brassée.
  • Le matériel, c’est l’occasion rêvé pour pratiquer en UL, à défaut une canne de puissance Light (2-6 grammes)convient tout à fait. Côté les leurres, il va falloir réduire les tailles : cuillères n° 00 ou 0 et poissons-nageurs (28 à 40 mm).
  • L’équipement du pêcheur, oublier vos cuissardes et autres waders, même ceux dit respirant ! Une paire de chaussures en toile et un pantalon de randonnées léger qui sèche vite conviennent à merveille. L’épuisette me semble impérative pour abréger les combats et permettre une remise à l’eau rapide d’un poisson dans une eau surchauffée. Les lunettes polarisantes (verres jaunes) sont une aide précieuse pour voir le poisson.
  • L’approche sera l’une des clefs de la réussite. Vous devrez attaquer les postes de plus loin qu’à l’accoutumé, vous agenouiller pour vous dissimuler à la vue de la truite suivant votre leurre, vous tenir en retrait sur la berge. Évitez autant que possible de marcher dans l’eau, si vous devez le faire faites-le avec une extrême prudence.
  • La précision sera une autre clef pour réussir. Vous devrez être capable de propulser votre leurre sous une frondaison, où l’ombre offre un poste apprécié des truites. Vous devrez poser votre leurre à chaque lancer au bon endroit, en cette saison la truite ne donne aucune seconde chance au pêcheur maladroit.
  • Soyez attentif au changement de temps, un temps couvert, des orages, une pluie soudaine après une période caniculaire sera une opportunité à ne pas rater pour réussir sa pêche.

 © Article rédigé par : Franck Labadie


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés