3

Série street-fishing épisode #04 – Le quai, un poste à ne pas négliger !

Comme évoqué dans le précédent épisode, l’observation est l’une des clefs menant à la réussite.
Je n’observe pas seulement le milieu aquatique, si je croise un pêcheur, je vais aussi regarder sa façon de pêcher. Ainsi, je constate souvent qu’il a tendance à lancer son leurre le plus au loin possible vers le large, négligeant de ce fait ce qui se trouve à ses pieds : le quai et ses abords immédiats.

L’une des règles de base que j’applique depuis plus de 20 ans, c’est de me concentrer sur les postes à ma proximité, avant de chercher les poissons plus éloignés.

Le quai est une structure verticale susceptible d’apporter de la nourriture, un abri ou un poste d’affût pour les carnassiers que nous recherchons.

Sur mon secteur de pêche, en Saône, je suis confronté à différentes typologies de quai. Chacune d’entre elles m’obligent à me remettre en question sur la technique et le choix de leurre le mieux adapté.

Une diversité de configurations

Le quai en béton

Ce type de quai n’est pas le plus présent sur mon secteur. Néanmoins c’est lui qui me pose le plus de difficultés. Ce quai a été utilisé lors de la construction du pont Schuman, comme lieu de chargement des matériaux nécessaires à sa réalisation.

Il est d’une hauteur de 3 à 4 mètres et sa longueur fait une cinquantaine de mètres. Pour permettre l’amarrage des péniches, deux poteaux métalliques ont été plantés dans l’eau à 2 mètres du bord du quai et sont maintenus solidaires à lui par des traverses en métal.

Afin je présume de préserver le pied de l’ouvrage, une banquette en béton est immergée. Sa bordure est composée de palplanches métalliques. Ce quai ne comporte aucun garde-corps.

Voici une présentation schématique du quai, il n’est pas à l’échelle mais est assez fidèle.

J’essaye d’abord un crankbait deep runner (grand plongeur), sa longue bavette acceptant la contrainte d’un angle important entre la surface de l’eau et la pointe du scion de ma canne. Mon constat, le leurre évolue trop haut dans la couche d’eau.

Les perches observées aux abords de cette structure se trouvent positionnées au repos sur la banquette. J’ai pu observer des perches suiveuses, lorsque mon leurre vient du profond devant les palplanches. Je pense que la profondeur avoisinne les 6 mètres au pied du quai.

Quels sont les leurres possibles ?

Quelles sont les animations possibles ? 

  • A l'aplomb du quai en dandine
  • Du large vers la rive avec une animation constituée de tirées suivis de relâchés
  • En promenant son leurre à l'aplomb du quai pour reproduire une dérive comme un verticalier

Un point à prendre en compte lors de la capture d’un joli poisson c’est qu’il sera difficile ou impossible de le remonter sur le quai. Il faut donc anticiper le combat de manière à l’amener vers l’une des extrémités dotées de mise à l’eau pour une prise en main ou un échouage.

Le quai en pierre

Berge en pente

La hauteur entre le quai et la surface de l’eau oscille entre 2 et 3 mètres. En fonction de la technique que vous utilisez, la position debout peut se révéler un handicap.

Si vous pratiquez par exemple avec une lame vibrante, la canne sera orientée scion vers le ciel. La position debout ne sera pas gênante. A contrario, si vous pratiquez au crankbait, pêche qui exige d’avoir le scion orientée vers l’eau, vous perdrez en profondeur d’exploration en restant debout sur le quai.

Sur un quai en pente, j’ai pour habitude de m’asseoir sur son rebord. J’ai les talons en appuyés sur la pierre et le buste plus ou moins penché vers l’avant pour que le scion de ma canne soit le plus près possible de la surface de l’eau. Ainsi, j’ai la garantie que mon leurre évolue à la profondeur pour laquelle il a été conçu.

Berge droite

Ce type de quai comporte parfois une rambarde arrivant au niveau du mollet lorsqu’ils sont utilisés comme parking. La rambarde évite la chute d’un véhicule lors d’une manœuvre.

Chemin de galets sur la bordure du quai

Lorsque le quai est piétonnier, il n’y a généralement aucune protection. Toutefois, si le bord du quai est constitué de large pierre, un chemin de galets indique pour les déficients visuels le danger de la proximité de l’eau.

Vous pouvez pratiquer avec la technique de votre choix sur ce type de quai.

Le quai avec rebord

Pour découvrir son existence, il a fallu un jour que je me penche pour saisir un poisson. Selon moi, ce type de quai s’apparente à une berge creuse. Voilà, un poste de choix pour un prédateur à l’affût d’une proie.

Le quai, une zone de nourriture

De nombreuses micro-algues se développent dans la partie immergée de cette structure, voilà un apport de nourriture pour les petits poissons blancs.

Le quai en pierre et en pente permet l’implantation d’une végétation. Le joint qui s’effrite entre les pierres offre la possibilité aux herbes ou aux arbustes de pousser, sans compter que le manque d’entretien des berges contribue à leurs développements.

Ces herbes et arbustes sont une source de nourriture : chute accidentelle d'une chenille ou d'un insecte venu butiner, par exemple. À la belle saison, il est fréquent d'observer des chevesnes à proximité d'un quai végétalisé.

Le quai, une zone de chasse.

Il peut comporter des anfractuosités, suite au descellement de pierres dans le mur. Voilà des caches qui seront appréciées des perches.

Lorsque le temps est ensoleillé, l’ombre portée du quai sur l’eau offre une certaine invisibilité aux carnassiers positionnés contre le quai. 

N’oublions pas qu’au pied du quai se trouvent de nombreux obstacles contribuant à fixer le poisson fourrage. Tels qu’un banc d’herbiers, des blocs rocheux, un arbre noyé sans oublier ceux liés à l’activité humaine : carcasses de scooter, de vélo, de caddie, de triangle de chantier ou autres barrières en tout genre. Gardons bien en tête que les prédateurs ne sont jamais très loin de leur garde-manger.

En résumé, le quai offre abri et nourriture aux prédateurs. La vidéo au bas de cet article vous illustre mon propos.

Dans votre réflexion du jour à la recherche du pattern, n’oubliez pas de pêcher à vos pieds, il y a souvent là de beaux poissons à l’affût. En espérant vous avoir convaincu de ne plus négliger la bordure.

Advertisement
A propos de l'auteur
Je pêche exclusivement aux leurres. J'adore pratiquer en ruisseau et petites rivières, biotopes qui exigent pour réussir une approche discrète et un bon niveau technique. J'affectionne tout particulièrement la traque de la truite, de la perche et du chevesne. Depuis mai 2017, j'arpente les berges de Saône à deux pas de chez moi, découvrant ainsi le "street-fishing" ses contraintes et ses plaisirs. Je suis aussi un pêcheur engagé, bénévole depuis 2011 dans une aappma et élu secrétaire en 2015.

3 commentaires sur Série street-fishing épisode #04 – Le quai, un poste à ne pas négliger !

  1. Léo Salvini dit :

    Encore un bon panel de conseils pour s’adapter à la morphologie des terrains prospectés, merci Franck 😉

    1. La saison 2018 sera source de nouveaux articles… merci pour ton commentaire,

  2. Franck dit :

    Bonjour, pour la question de l’épuisette sur les quais, il y a une solution très simple, la méthode de la corde… Une tête d’épuisette attachée en trois point et relié par une corde, ce qui permet de remonter facilement le long du quai. Pour une version flottante, rajoutez sur une partie des bords des bouts de boudins de piscine. A vos idées pour customiser le tout (attaché à la taille par un mousqueton, ou autre) ; )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut