1

Série Street-fishing Episode #03 – Les couloirs d’eau libre dans les herbiers

Lors de l’épisode #02, j’ai évoqué la pêche dans des herbiers denses situés près des bordures, ceux n’offrant que quelques trouées d’eau libre (photo ci-dessous).

Les bancs d’herbiers ne sont pas toujours autant compact. Il peut y avoir des couloirs d’eaux libres qui s’ouvrent sur le large ou vers le coeur de l’herbier. La photo ci-dessous vous en montre un exemple, zone entourée en rouge.

Le choix du montage évoqué dans l’épisode #02 était surtout imposé par cette densité du couvert, et par l’observation de nombreux alevins et petits poissons « blancs ». Je proposais un menu adapté à la saison et à l’espèce que je cible principalement, la perche.

Pour prendre régulièrement du poisson, la connaissance de ses mœurs et de ses habitats aide grandement dans la réussite. Elle peut s’acquérir de multiples façons, pour moi l’observation est primordiale.

Et, justement en arpentant les berges de la Saône ces derniers mois, j’ai observé que les plus belles perches (25 et +) se positionnaient plutôt du côté extérieur des herbiers, vers l’eau libre et le chenal de navigation. Alors, quand la configuration de l’herbier me permet d’assurer un lancer vers le large, je ne m’en prive pas !

Le danger d’accrochage est moindre. Un souple montée sur un jighead texan est un leurre discret plus adapté à mon sens à pêcher des postes précis. Pour la configuration d’un couloir d’eau libre, je préfère utiliser un leurre qui sera détecter facilement et rapidement par les prédateurs.

Le crankbait

C’est un leurre qui brasse beaucoup d’eau et se récupère en linéaire par une récupération au moulinet canne basse. Je choisi généralement un modèle bruiteur, conçu pour évoluer entre 1 et 2 mètres de profondeur (MR). Le coloris sera imitatif si l’eau est claire ou limpide, et flashy dans une eau trouble.

Mon premier jet a lieu toujours à courte distance, c’est à dire à 2 à 3 mètres au large de l’herbier. Afin de permettre au poisson-nageur d’atteindre sa profondeur de nage juste avant de rentrer dans l’herbier. J’oriente la pointe de ma canne vers l’eau, corrigeant sa trajectoire si nécessaire pour que le crankbait nage au milieu du couloir d’eau libre. 

L’attaque peut intervenir au moment où le leurre rentre dans l’herbier, d’un poisson suiveur ou poster en limite de l’herbier, ou au moment où le leurre nage dans le couloir d’un poisson sortant de droite ou de gauche. Il faut se tenir prêt.

Au second lancer, je commence à jeter plus loin afin de décider un poisson posté plus au large de l’herbier. Il peut y avoir des herbiers immergés, qui ne sont pas visible à l’œil nu, mais que vous sentirez grâce au crankbait qui les frôle. A chaque nouveau lancer, éloignez-vous de plus en plus vers le large. Ces herbiers invisibles et ceux plus en profondeur peuvent bien sûr abriter des carnassiers à l’affût.

Le longbill minnow

C’est un leurre mixte entre un jerkbait et un crankbait. C’est à dire que vous pouvez le lancer et le ramener en linéaire comme un crankbait, où l’animer comme un jerkbait avec une succession de tirées sèches (twitch) entrecoupées de pauses (stop and go). C’est d’ailleurs mon animation favorite.

La réussite intervient quand on a trouvé le bon rythme, entre la puissance des tirées (twitch) et le temps de pause entre chaque twitch. Dès que vous aurez trouver le bon « tempo », vous pourrez rentrer sur un poste plusieurs perches.

Je suis fan du SC Shiner 40, qui m’a permis de prendre plusieurs belles perches cette saison (cf. la vidéo). Malheureusement ce modèle n’est plus distribué par Daïwa. 

Le Bevy Shad (Lucky Craft) me semble un modèle proche dans sa nage au SC Shiner 40.

Advertisement
A propos de l'auteur
Je pêche exclusivement aux leurres. J'adore pratiquer en ruisseau et petites rivières, biotopes qui exigent pour réussir une approche discrète et un bon niveau technique. J'affectionne tout particulièrement la traque de la truite, de la perche et du chevesne. Depuis mai 2017, j'arpente les berges de Saône à deux pas de chez moi, découvrant ainsi le "street-fishing" ses contraintes et ses plaisirs. Je suis aussi un pêcheur engagé, bénévole depuis 2011 dans une aappma et élu secrétaire en 2015.

Un commentaire sur “Série Street-fishing Episode #03 – Les couloirs d’eau libre dans les herbiers

  1. Julien dit :

    Un bon article, j’habite à 10 minutes à pied de ce secteur et il m’arrive d’y pêcher. Il me tarde de mettre ceci en pratique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut