1

Darting, le leurre souple autrement !

Le darting est une animation plus qu’une technique de pêche. Elle convient à tous les carnassiers, même si je l’utilise en priorité pour la traque de la perche. C’est l’association d’un leurre souple “finesse” avec une tête plombée ayant une  forme conique.  

Darting_présentation

Quel matériel utiliser pour pêcher en darting ?

La canne

La canne peut-être une spinning ou une casting, c’est une affaire de goût car cela n’influence pas l’animation. Néanmoins, je trouve qu’un matériel casting offre un petit plus dans le contrôle de la ligne.

Après l’impact du leurre avec l’eau, vous gardez un contrôle  permanent grâce à votre pouce positionné contre la bobine. La tresse qui le frôle vous donne des indications en direct. Ainsi, si vous détecter une anomalie, il suffit de bloquer la bobine avec votre pouce pour assurer un ferrage efficace.

Je vous conseille une longueur d’au moins 2 mètres qui est un peu le standard des cannes modernes. L’action idéale me semble être regular ou parabolique. Néanmoins, votre canne doit disposer d’une bonne réserve de puissance pour extraire un beau poisson de son refuge. Côté puissance, elle peut-être une UL (0.5 à 5 gr) jusqu’à une M (5-20 gr)

La ligne

Comme c’est une pêche tactile, il convient d’utiliser une tresse dans un coloris bien visible. Cela permet de suivre de vue sa ligne, et de détecter une touche subtile, tel qu’un déplacement latéral à la descente. Pour exemple, mes diamètres vont du 6 au 13/100 ème. 

Il est impératif d’ajouter un bas de ligne de discrétion en fluorocarbone résistant à l’abrasion. Comme les captures s’enregistrent majoritairement dans les obstacles, la tresse ne supporte pas longtemps les frottements contre la roche. Le diamètre doit être adapté à l’espèce visée. Ainsi, pour la perche ou le sandre, je vous conseille entre du 20 et 25/100 ème. La longueur du bas de ligne devra être à minima d’une longueur de canne.

Le souple et sa tête plombée

Darting_jighead

La forme de la « jighead » (tête plombée en français) conditionne la bonne réalisation de l’animation. La photographie vous montre les modèles qu’il convient d’utiliser (conique ou biseautée). La tête plombée peut aussi être un modèle texan pour évoluer en milieu hostile, au cœur des herbiers.

Darting_souple_shad
Le leurre est souvent un shad "finesse" sans queue ou à queue bifide
Darting_souple
Il est possible d'utiliser des leurres de type "slug" ou "worm"

Pour ma part, cherchant avant tout la perche j’utilise des souples entre 1.5 et 3.5 pouces. Si vous recherchez le brochet, rien n’interdit de monter un leurre de 7 pouces sur une jighead de 20 grammes. Cette animation est beaucoup utilisée en mer où elle est nommée « pêche à la volée » ou « windo ».

Sur quels postes pêcher ?

On peut utiliser cette animation pour une prospection tous azimuts. Néanmoins je la recommande avant tout pour pêcher des postes marqués : bord du quai, bancs d’herbiers… 

Étonnamment, ce montage même sans hameçon texan est peu accrocheur dans une forêt d’herbiers. Le point d’attache en retrait sur la tête plombée facilite le basculement du leurre de l’autre côté de l’herbe, sans que l’hameçon s’accroche. Au pire, les herbiers cèdent assez facilement sur une tirée progressive faite en prenant la tresse à la main. Les pertes dues aux accrocs sont très faibles.

Comment réaliser l'animation ?

L’action de votre canne va jouer un rôle majeur ! On opère canne haute, le scion orienté vers le ciel. Si vous disposez d’une canne de puissance « fast » relativement raide vous ferez peu dans la subtilité. A l’inverse, une action « regular-fast » vous offrira un panel d’animations plus large. Concernant la notion d’action, je vous recommande de lire l’article de la marque Sakura qui explique très bien les choses. 

Voici les deux animations dont j’use en fonction de l’activité des prédateurs. 

  • La première est agressive, permettant de déclencher des attaques réflexes de poissons actifs. Parfois même, elle permet de provoquer une activité prédatrice des perches en jouant sur la compétition alimentaire au sein du groupe. Dès que je repère un banc d’herbiers, je lance dans une trouée ou au plus près d’une touffe. Puis, je laisse descendre mon montage jusqu’au fond. Là, je réalise aussitôt une tirée sèche vers le haut avec une amplitude importante. Le leurre fait alors un bond vers la surface. Un prédateur posté dans l’herbier va réagir par réflexe et gober le leurre. En l’absence de réaction j’arrête mon mouvement en bloquant mon avant-bras. J’abaisse la canne d’un coup ce qui crée un mou dans la ligne. L’effet sur le leurre est immédiat : le « finesse » descend comme une feuille morte vers le fond, imitant à merveille un poisson moribond. Le temps de descente dépendra du poids de votre tête plombée et de la vitesse du courant. Si la descente est rapide, l’arrêt ne durera que 2 à 3 secondes avant d’effectuer une nouvelle tirée. En conséquence, l’animation est un enchaînement de tirées et d’arrêts. Ainsi, le leurre remonte naturellement vers la surface. Dès que le leurre est hors de l’eau, je le propulse vers la trouée suivante.
  • La seconde animation s’adresse à des poissons peu actif. Je pratique toujours sur un poste marqué, où j’ai identifié la présence de prédateurs. Après l’arrivée du montage sur le fond, j’attends plusieurs secondes avant de réaliser une première tirée. Elle est d’amplitude faible à modérée. Je relâche en accompagnant mon montage jusqu’au fond. Je m’efforce de rester proche du substrat, en réalisant des tirées de faibles amplitudes. Cette animation est facilitée par l’utilisation d’une canne de puissance regular-fast.

Un conseil supplémentaire si  vous êtes dans la situation de prédateurs peu actifs, choisissez dans vos pochettes un modèle souple imprégné d’attractant (crevette, anis…). 

L'animation en darting, de janvier à décembre

Vous pouvez user de cette animation toute l’année ! Il conviendra simplement de s’adapter sur la taille du souple et du poids de la tête plombée. Ainsi, en période estivale je pêche souvent avec un souple en 2 pouces sur une jighead de 1.5 grammes. Les alevins nés en mai-juin abondant dans le milieu, les prédateurs se focalisent dessus. À partir de septembre, il convient de proposer une taille supérieure, au minimum du 3 pouces et des têtes plombées plus lourdes, à partir de 5 grammes.

Quelles espèces peuvent être capturées en pêchant en darting ?

Darting_espèce_perche
La perche commune est la cible principale de cette animation
Darting_espèce_brochet
Le brochet est vite agacé par un "finesse" animé devant son bec
Darting_espèce_sandre
Le sandre n'est pas insensible non plus à cette animation
Advertisement
A propos de l'auteur
Je pêche exclusivement aux leurres. J'adore pratiquer en ruisseau et petites rivières, biotopes qui exigent pour réussir une approche discrète et un bon niveau technique. J'affectionne tout particulièrement la traque de la truite, de la perche et du chevesne. Depuis mai 2017, j'arpente les berges de Saône à deux pas de chez moi, découvrant ainsi le "street-fishing" ses contraintes et ses plaisirs. Je suis aussi un pêcheur engagé, bénévole depuis 2011 dans une aappma et élu secrétaire en 2015.

Un commentaire sur “Darting, le leurre souple autrement !

  1. FUHRICH dit :

    Salut, article intéressant cette technique il m’arrive de l’employer avec des tp classiques équipés des fois d’hameçon texan! sans connaître son nom!!! bref je vais « affiner » sur mes poissons présents chez moi avec des têtes conique et d’autres leurres finesse!!! merci A+++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut