La rivière « sans nom », à la découverte d’un nouveau spot !

Nous pourrions tous citer le nom d’une rivière mythique. Soit on rêve d’aller y pêcher, soit on fait des efforts chaque année pour s’organiser un voyage. Une chose est sure, ne négligez pas la rivière “sans nom ».

Ces rivières coulent à deux pas de chez nous ce qui nous permet de les pêcher à tout moment lors de sessions courtes. Les pêcheurs que vous y croisez vous diront parfois qu’il n’y a plus de poissons, ne les croyez pas !

Partir à la découverte d'un nouveau spot de pêche

Je pratique presque exclusivement sur ces rivières « sans nom ». Cet article est là pour vous présenter comment je découvre ces parcours qui pour certains sont devenus des “hot-spots”, c’est à dire des lieux pêchés régulièrement et avec de bons résultats.

Mon regard est attiré par le moindre cours d’eau. Lorsque je conduis, il suffit que je franchisse une rivière pour y jeter un œil. Parfois même, si j’ai du temps, je m’arrête pour observer la faune aquatique.

Une nouvelle découverte ?

Vive le web !

Mes recherches commencent toujours par la consultation du site www.geoportail.fr. Ce site offre la possibilité de consulter des cartes IGN (Institut Géographique National). Je cherche à voir le plus détails et pour cela l’échelle au 1/25000ème est idéale. Ce travail, qui se réalise en amont, peut se faire en période hivernale lorsque l’on ne pêche pas ou peu.

Ce type de carte permet d’identifier un certain nombre de choses :

  • Les chemins d’accès
  • La présence de bras morts ou secondaires
  • La présence d’un barrage et donc d’une retenue d’eau en amont de celui-ci
  • La nature des rives : champs, bois, vignes,…
  • Une idée de la topographie grâce aux courbes de niveaux
Exemple d'une carte IGN

Le site Geoportail propose la consultation de photos aériennes. Il est aussi possible de superposer la carte et la photo aérienne. La photo aérienne peut nous indiquer d’autres informations comme la présence ;

  • D’arbres en bordure
  • D’herbiers en fonction de la date à laquelle la photographie a été prise
  • De hauts-fonds, remarquables à la coloration différente de l’eau
  • De bancs de sable
Exemple d'une photographie aérienne

Sur le terrain

Quelle que soit la nature du travail que vous avez réalisé en amont, c’est sur le terrain que vous saurez si le parcours repéré rempli vos espoirs !

Sur des secteurs où je suis sûr de pêcher beaucoup, je préfère acheter la carte IGN papier (achat en maison de la presse ou chez Decathlon). Sinon, je fais une impression écran que j’imprime pour l’emmener avec moi.

Une carte IGN, une vraie !

La carte posée sur le siège passager, vous voilà à la recherche du chemin d’accès repéré sur la carte depuis chez vous. Existe-t-il toujours ? Est-il carrossable ? Ou vous faudra-t-il marcher avant d’atteindre le cours d’eau ?

Parfois, je prends le risque de transformer ma fidèle Twingo en un 4x4... pour me rapprocher le plus près possible. 😉
Là, entre les branches voilà le cours d'eau que je cherche... je n'ai plus qu'à m'équiper pour mieux le découvrir.

La pêche

Mon péché mignon : « le ruisseau et la petite rivière aux berges très encombrées ». J’emporte  toujours avec moi une canne ultra-light, une paire de cuissardes et mon gilet garni de mes boîtes de leurres. 

Lors d’une première session sur ce nouveau parcours, ne vous encombrez pas trop. Il vaut mieux voyager léger pour pouvoir franchir les obstacles (haies, clôtures, ronces…) et changer de coin rapidement si nécessaire. Ma première session est généralement très courte, entre 30 à 90 minutes.

L’accessoire à ne surtout pas oublier, une paire de lunettes polarisantes qui m’aide à identifier la présence de poissons et les postes. Et parfois, je ne cherche même pas à me dissimuler de la vue des poissons, afin de les faire fuir par mon manque de discrétion et ainsi identifier les espèces présentes dans le cours d’eau.

Les résultats

Un joli chevesne, l'un de mes poissons favoris.
Une jolie perche de 24 cm, un petit joyau qui récompense mes efforts dans la découverte de nouveaux parcours. 

Et quel plaisir de partager sa découverte avec un pote de pêche, un ami qui sait apprécier comme vous ces cours d’eau « sans nom ». C’est aussi ça « l’esprit Fishare » !

Je suis sûr qu’à côté de chez vous, il y a une rivière « sans nom » qui vaut la peine d’être découverte. Et son nom évoquera peut-être pour vous, un jour, le souvenir d’une belle pêche.

Bonne découverte, bonne pêche.

Advertisement
A propos de l'auteur
Je pêche exclusivement aux leurres. J'adore pratiquer en ruisseau et petites rivières, biotopes qui exigent pour réussir une approche discrète et un bon niveau technique. A l'inverse, j'aime aussi arpenter les berges de Saône à Lyon, en street-fishing où j'y traque assidûment la perche. Sans compter, l'usage du float-tube que j'ai beaucoup utilisé à une époque pour chercher le brochet. Et pour finir, je suis un pêcheur engagé, bénévole depuis 2011 dans une AAPPMA.

Un commentaire sur “La rivière « sans nom », à la découverte d’un nouveau spot !

  1. ERIC41 dit :

    Une bonne idée d’approche de parcours peut fréquenté, toujours la surprise des fois en vrai mais il faut savoir chercher au lieu de ce cantonner aux parcours connus! A+++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut