Continuer la pêche pendant la fermeture du brochet

Le passage à la nouvelle année marque l’arrivée de la fermeture de la pêche du brochet sur les plans et cours d’eau publics ! C’est à dire des associations réciprocitaires des 91 départements adhérents du Club Halieutique Interdépartemental, de l’Entente Halieutique du Grand Ouest, et de l’Union Réciprocitaire du Nord-est. La fin d’une saison passée trop vite, souvent marquée par des poissons records ! Cependant, il n’y a pas d’inquiétude à avoir ! La fermeture du brochet est une période offrant son lot de sensations et de découvertes ! Ainsi, dans cet article, je vous présente 3 solutions pour s’occuper pendant la fermeture du brochet. Trois idées différentes pour répondre à la demande de chacun d’entre vous, histoire de ne pas s’ennuyer en attendant l’ouverture de la pêche du brochet.

Continuer la pêche en pleine fermeture du brochet

Avant toute chose, l’utilisation de leurres durs, souples, spinnerbaits, streamers… est strictement interdite pendant la fermeture du brochet !

Pêcher les carnassiers

Continuer la pêche en période de fermeture vous semble peut être normal, mais continuer la pêche du carnassier, comme la pêche de la perche en hiver perche vous surprendra sûrement un peu plus ! En effet, selon les départements et leur réglementation, il est possible de pêcher ces carnassiers aux appâts naturels. Attention, tous les appâts naturels ne sont pas autorisés. Ainsi, l’utilisation d’un poisson fourrage (gardon, rotengle, vairon,…) pour la pêche au vif, au mort manié ou au posé est strictement interdite. En effet, ces appâts se voient trop susceptibles de capturer un brochet qui à cette période est protégé.

C’est pourquoi, seuls les appâts naturels de type lombrics, insectes ou encore larves sont autorisés. Il est primordial de vous renseigner auprès de la fédération de pêche de votre département pour prendre connaissance de la réglementation, sur leur site internet ou en les contactant. Elle est souvent différente d’un département à l’autre ! Cependant, sur tous les départements français l’utilisation de vers de terre (lombrics), larves ou encore insectes est autorisés en période de fermeture. Certaines régions autorisent le vers manié, mais d’autres l’interdisent comme le département de l’Hérault ou celui du Tarn.

L’utilisation de leurres souples imitant ces appâts naturels ou l’utilisation de mouches (sèche, émergente, nymphe) est autorisée dans certains départements comme celui du Rhône. Attention, les limites de cette réglementation peuvent s’avérer légèrement floues. Est-il possible de pêcher avec un leurre souple jaune fluorescent imitant un vers de terre ? Là également, en cas de doute, préférez ne pas pêcher avec un leurre qui pourrait être discutable, ou contactez votre fédération pour en avoir le coeur net et pêcher en toute légalité.

Un exemple de pêche de la perche et du sandre en plein hiver, aux leurres souples autorisés, dans la ville de Lyon :

Vous avez également l’opportunité de pêcher dans des lacs et rivières privés qui possèdent leur propre réglementation ! Une alternative vous permettant de sortir vos leurres en pleine période de fermeture du brochet.

S’intéresser à de nouvelles techniques de pêche

Pêcher aux leurres ou aux vifs n’est pas la seule technique source d’adrénaline et de sensations ! D’autres techniques de pêche comme la pêche au coup ou à la carpe présentent de nombreux avantages. Ces deux techniques sont autorisées toute l’année. Cependant, certaines mesures pour la carpe peuvent être prises en fonction des conditions de capture, du lieu de pêche et de la période (jour, nuit,…). Ici aussi, renseignez-vous auprès de votre fédération.

Ces deux techniques peuvent vous être très bénéfiques, car elles vous montreront un aspect différent de la pêche aux leurres : aborder différemment une rivière ou plan d’eau, comprendre le rôle de l’amorçage,  découvrir une adrénaline et des sensations différentes.

De plus, à partir du mois de mars, vous avez l’opportunité de pêcher la truite aux leurres en première catégorie. La période de pêche autorisée est fixée du samedi 14 mars 2020 au dimanche 20 septembre 2020. Il s’agit d’une pêche très différente de celle du brochet, mais qui permet de patienter jusqu’à l’ouverture. Pour ma part, la pêche de la truite me conduit dans des environnements calmes et paisibles dotés de magnifiques paysages ! Elle permet de diversifier mes sorties ainsi que ma façon de pêcher avec des approches beaucoup plus discrètes. Ma technique de prédilection : la truite à la cuiller.

En parallèle de ces sorties de pêche, vous avez l’occasion en période de fermeture du brochet de découvrir de nouveaux lieux de pêche. Regardons ensemble mes différentes astuces !

Découvrir de nouveaux spots de pêche

Depuis votre maison

Profitez de cette longue période d’attente pour diversifier vos coins de pêche en recherchant d’autres lieux de pêche. Pour se faire, plusieurs solutions s’offrent à nous. La plus rapide et la plus simple se trouve soit dans votre bureau, votre salon ou votre chambre (ou les 3 en même temps 😄) : internet ! De nombreuses applications ou logiciels vous permettent de parcourir votre région en quête de nouvelles rivières ou plans d’eau.

Les cartes interactives

J’utilise en premier lieu la carte interactive que me propose la fédération de pêche. Elle concentre une mine d’or d’informations et permet de trouver de nouveaux coins de pêche rapidement ! Par exemple, vous êtes nouveau sur Lyon et vous souhaitez prendre connaissance des principales rivières aux alentours, vous consultez alors la carte interactive du Rhône. Elle est utile pour tout profil de personne. Du débutant pour découvrir les principales rivières et plans d’eau, au plus expérimenté pour rechercher les rivières peu connues et difficile d’accès. Pour ma part, avec la carte du département de l’Hérault, j’ai découvert un magnifique cour d’eau en 1ère catégorie m’ayant permis de faire mes premières truites dans un cadre magique !

Google Earth, Géoportail, les forums,…

Dans la suite des cartes interactives, vous pouvez utiliser Google Earth en personnalisant le type de carte que vous souhaitez. Personnellement, je ne fais qu’apparaître les rivières et plans d’eau pour une meilleure vision des choses. J’ai récemment découvert une nouvelle application qui se nomme Géoportail. Son utilisation peut paraître difficile et non intuitive, mais je la trouve très fiable. Ici aussi, j’utilise un fond de carte spécial pour mettre en avant les cours et plans d’eau : Esri World Topographic Map.

Vous pouvez également vous rendre sur des forums, pages Facebook, chaînes Youtube pour demander des renseignements concernant une région en particulier. Comme avec les champignons, on vous indiquera rarement des coins très précis abritant des poissons monstres. Mais on pourra vous conseiller sur différentes techniques efficaces dans la région, et pourquoi pas quelques lieux de pêche indispensables dans la région. Par exemple, à mes yeux, le Lac du Salagou dans l’Hérault est le lac à ne pas rater ! Tant pour ses poissons monstres que pour sa couleur ocre caractéristique !

Sur le terrain

J’ai très souvent dans ma voiture, une canne de puissance 5-30 g de 2m40 avec un beau panel de leurres pour répondre à la plupart des situations. Avoir ce matériel à disposition me permet lors de mes déplacements de découvrir une rivière ou un plan d’eau si je suis amené à en repérer. Bien évidemment, sur des trajets courts et habituels, ce matériel ne m’est d’aucune utilité. Cependant, il me rend bien service lorsque je pars en vacances.

Pour les plus curieux et les plus sociables, parler avec les locaux est très enrichissant et vous permettra de connaître l’histoire des points d’eau alentours et les poissons qui s’y trouvent. À vous ensuite de repérer les spots à carnassier et faire preuve de discrétion pour les capturer.

Stopper pour mieux repartir

Si la fermeture du brochet existe, c’est dans un premier temps pour le protéger et le laisser tranquille lors de sa reproduction. Mais c’est également pour le bien-être du pêcheur. Il faut savoir ralentir la cadence et prendre du recul pour mieux redémarrer la saison prochaine. Comme une mise à jour que l’on réalise avant chaque nouvelle saison de pêche.

Vérifiez, rechargez, créez …

Vos activités peuvent être en relation avec la pêche de près ou de loin. Ainsi, vous pouvez vérifier votre matériel. En effet, il est peut-être nécessaire de changer votre tresse, fabriquer des assist hook ou refaire le stock de leurres souples que vous fabriquez maison. Vous pouvez également innover pour vous simplifier la vie lors de vos prochaines sorties de pêche. Je pense par exemple à la fabrication d’un porte-cannes entre les deux sièges avant de votre voiture. Ou simplement un support d’intérieur sur lequel vous rangerez vos cannes pour les conserver correctement sans qu’elles ne s’abîment.

J’aime aussi pendant la fermeture du brochet me documenter et voir ce qui se fait ailleurs. Je trouve l’Irlande très inspirante dans sa façon d’agir notamment en mettant sur pied un système similaire à celui de la maille inversée. Une réglementation permettant de satisfaire le pêcheur avec des prises fréquentes et de belles tailles, et assurer la protection et une bonne dynamique de l’espèce.

Faire des repérages

Sous la pression des conditions météorologiques, les spots de pêche peuvent changer d’une année à l’autre. Le courant peut être plus important, le lit de la rivière peut s’être légèrement déplacé, les profondeurs ont été modifiées… Il me semble intéressant avant toute ouverture (truite, brochet,…) d’aller faire des repérages pour éviter les mauvaises surprises. Il y a quelques années, nous avons eu la surprise avec mon père de voir la mise à l’eau pour pêcher sur l’Hérault bloquée par un bloc rocheux. Nous avons finalement fait notre ouverture au Lac du Salagou, mais la session était déjà bien entamée ! Alors évitez les mauvaises surprises et ayez un coup d’avance.

Ainsi, la période de fermeture du brochet n’est pas si calme que ce que l’on peut penser. Vous avez l’opportunité de continuer la pêche en vous initiant à de nouvelles techniques, faire preuve de créativité en découvrant de nouveaux spots de pêche ou simplement de prendre du recul et se rappeler des meilleurs moments de la saison passée !

Pensez à laisser un commentaire si vous avez besoin d’une précision ou à l’inverse souhaitez en apporter une, et partager votre expérience !

Et n’oubliez pas de partager l’article !

Advertisement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut