0

Quels moulinets pour débuter la pêche de la carpe ?

 

Le moulinet constitue dans la pêche de la carpe en batterie un matériel essentiel avec la canne et les terminaux. Vous êtes perdu face au nombre pléthorique de caractéristiques et de références que les constructeurs de moulinets proposent ? Nous allons essayer par cet article d’y voir un peu plus clair.

Si les moulinets conçus pour la traque de nos cyprins fonctionnent de la même façon que les moulins classiques, ils présentent cependant des paramètres particuliers.

On peut distinguer deux types de moulinets « carpe » :

  • Les moulinets dits “à frein avant”
  • Les moulinets dits “débrayables”

 

Le moulinet “à frein avant”

C’est le moulinet “classique” par excellence. C’est également sans aucun doute le moulinet le plus utilisé dans le monde de la carpe. On le préfère souvent au moulinet débrayable pour sa simplicité d’utilisation et d’entretien, sa robustesse, sa mécanique efficace et sa sobriété technique.

 

L’Aero Technium MGS 10000 de chez Shimano : un moulinet carpe à frein avant haut de gamme.

 

          Comment ça marche ?

Pour faire simple, le moulinet à frein avant se compose d’une bobine fixe surmontée d’un frein, autour de laquelle tourne le galet du pick-up pour y enrouler le fil, grâce aux mouvements rotatifs exercés par la manivelle.

          Pourquoi “à frein avant” ?

Une désignation par élimination, tout simplement. C’est le seul type de moulinet à posséder un frein unique en tête de bobine face aux moulinets à tambours tournants, moulinets casting, moulinets débrayables ou encore les moulinets à frein arrière (qui ont d’ailleurs presque totalement disparu du marché français).

          Comment ferrer avec un moulinet à frein avant ?

Si la tâche est parfois laborieuse pour les débutants et peut provoquer des perruques, voire des casses ou encore la perte de la bobine à cause d’un frein trop desserré, le ferrage avec un moulinet à frein avant est néanmoins un geste très simple et machinal. Il convient, en cas de départ, de mettre la main qui ne tient pas la canne (généralement la main gauche) sur la bobine et de prendre la canne de l’autre main (souvent la main droite) pour ferrer. Cela permet de « bloquer » (avec modération bien-sûr) la bobine et de pouvoir ainsi serrer le frein canne en l’air, avant d’entamer réellement le combat.

 

Le moulinet débrayable

Supposé plus pratique, plus confortable mais aussi réellement plus complexe et fragile, le moulinet débrayable est un bijou technologique qui a été conçu pour faciliter la vie du carpiste.

 

Le Shimano Big Baitrunner Long Cast : un moulinet débrayable de légende.

 

          Comment ça marche ?

Son système de fonctionnement est classique : le galet attenant au pick-up tourne autour de la bobine pour enrouler le fil sur celle-ci. Mais il a la particularité de fonctionner à l’aide de deux freins : un frein avant classique accompagné d’un frein arrière à embrayage, formant ainsi un ensemble débrayable. L’intérêt ? Passer d’un frein “ouvert” de type “départ” à un frein “serré” de type “combat” en un seul tour de manivelle.

          Comment ferrer avec un moulinet débrayable ?

Il y a deux écoles. Certains, lors d’un départ, saisissent la canne et donnent un tour de manivelle avant de ferrer pour débrayer le moulinet, passer en frein « combat ». D’autres préfèrent, à la touche, adopter la même technique de ferrage qu’avec un moulinet à frein avant : bloquer la bobine à la main et débrayer le moulinet en avalant le fil lors de la première récupération, pendant le combat.

 

Dilemme : frein avant ou débrayable ?

Beaucoup vous le diront, c’est avant tout une question de goût. Si certains carpistes sont des inconditionnels de la praticité des moulinets débrayables, la majorité d’entre eux préfère tout de même la robustesse et la simplicité des moulinets à freins avant. Je suis de ceux-là. Quoiqu’il en soit, je ne saurais que vous conseiller de commencer par des moulinets simples, fiables, au rapport qualité-prix-robustesse imbattable : les moulinets à frein avant. Et pourquoi pas goûter à la douceur et l’ingéniosité des moulinets débrayables par la suite !

Gardons bien à l’esprit également qu’à qualité égale, un moulinet à frein avant sera théoriquement plus léger et coûtera toujours moins cher qu’un moulinet débrayable.

          À noter :

En cas de problème de fonctionnement du frein arrière d’un moulinet débrayable, il est possible d’utiliser uniquement le frein avant. Cela revient à utiliser un moulinet à frein avant classique, en faisant abstraction du mécanisme débrayable.

 

Les systèmes de débrayage hybrides proposés par Shimano et Daiwa : de bons compromis ?

Moins développés chez Daiwa (disponibles en option uniquement), les systèmes de débrayage hybrides étaient jusqu’en 2017 une particularité appréciée sur certains moulinets Shimano de série. Ces dispositifs étaient une réelle alternative aux moulinets à frein avant ou débrayables classiques.

 

Le système de débrayage hybride Daiwa, de moins en moins utilisé, vient remplacer la molette de frein de série d’un moulinet Daiwa (Emcast, Emblem, etc). A l’aide d’un levier, on passe à sa guise du mode “débrayé” (départ) au mode “embrayé” (combat).

Système de débrayage hybride Daiwa.

 

Le système de débrayage hybride Shimano (arrêté en 2017) : un double frein avant. Il est constitué d’un “frein de combat” très précis (la petite molette centrale, à régler à l’avance) et d’un “frein de débrayage” rapide (la grosse molette en tête de bobine) qui permet de passer du mode “départ” (ouvert) au mode “combat” (fermé) . On adore ou on déteste !

Vidéo explicative du concept : https://goo.gl/IHvzQ6

Système de débrayage hybride Shimano.

 

Les caractéristiques importantes des moulinets du carpiste

Les moulinets destinés à la pêche de la carpe sont riches en caractéristiques – tantôt techniques, tantôt commerciales – qu’il convient d’étudier avant de jeter son dévolu sur un modèle précis. Je vous propose d’en découvrir les principales.

 

  • Les bobines et contenances

La bobine fait partie des éléments clés d’un moulinet. Elle permet de contenir le fil (nylon, tresse ou fluorocarbone selon les utilisations) du moulinet, soigneusement enroulé grâce au galet du pick-up.

Avant tout achat, il est important de vérifier que la contenance du moulinet est compatible avec votre mode de pêche. Ainsi, les moulinets munis d’une bobine big pit (traduisez « grande contenance ») conviendront parfaitement pour des pêches à très longue distance, notamment les pêches en lac où il est fréquent de déposer son montage en bateau à longue distance.

À l’inverse, les moulinets à petite bobine (ou bobine classique) sont préférés pour les pêches légères de bordure de type stalking (pêche à roder).

Pour les adeptes des lancers à longue distance, des moulinets à bobine long cast ont été développé. Elles ont la particularité d’être très larges, peu profondes et parfois coniques pour dévider le fil avec le plus d’aisance et le moins de frottement possible. Ces bobines possèdent également des lèvres forgées en « V » qui libèrent le fil facilement.

Moulinet Penn 8000 avec bobine long cast en « V ».

 

À noter :

Pour répondre à différentes utilisations et permettre de pêcher avec différents matériaux en corps de ligne (ou différents diamètres), les fabricants de moulinets proposent de plus en plus une bobine supplémentaire vendue avec le moulinet.

 

Il faut savoir également que toutes les bobines ne sont pas usinées dans le même matériau. On retrouve sur le marché des bobines en plastique, en graphite, en aluminium (anodisé ou non) ou encore en téflon. Ainsi, les bobines en plastique et en graphite sont généralement des bobines bas de gamme ou de gamme moyenne, destinées à accueillir des monofilaments (nylon, fluorocarbone, etc). Les bobines en aluminium sont quant à elles de meilleure qualité et sont compatibles avec les tresses, qui ont tendance à couper les bobines en plastique, en graphite ou encore en téflon. Les bobines en téflon sont cependant des bobines haut de gamme, souvent utilisées en compétition, spoolées de nylon très fin, lors de pêches à très longue distance : elles présentent l’avantage d’être plus légères et de limiter le frottement du corps de ligne sur les lèvres de la bobine, conférant ainsi une glisse du monofilament quasi-parfaite.

 

Des bobines en téflon haute performance proposées par MV Spools.

 

Enfin, s’il est accessoire pour d’autres types de pêche, ne négligez pas le clip fil (line clip) de votre moulinet carpe. Il est de plus en plus employé pour la pêche de la carpe moderne, dans un souci de précision notamment, en venant clipper le fil dans le clip fil pour marquer une distance et lancer toujours à cette même distance. Si certains moulinets présentent de très bons line clip, comme toute la gamme Shimano, d’autres, comme les Emblem X et S 5000 T, sont à éviter si l’on utilise souvent ce système.

Clip fil d’un Shimano Ultegra 14000 XS-C.

 

À noter :

Certains moulinets possèdent plusieurs clip fils, comme c’est le cas du Daiwa Emblem Spod. Une caractéristique très pratique pour marquer différentes distances de pêche, par exemple.

Le Daiwa Emblem Spod et sa bobine à multi-clips.

 

  • Les freins

Le frein est un élément très important du moulinet, autant lorsque l’on pêche la carpe que lorsque l’on pêche la truite ou les carnassiers. Un bon frein est un frein suffisamment puissant mais surtout précis et rapide. En effet, un frein précis vous permettra d’encaisser les rushes avec sérénité pendant le combat, en évitant les « à-coups » d’un frein bas de gamme lorsque la carpe dévide le fil du moulin, souvent synonymes de décroche. La rapidité d’un frein sera quant à elle appréciable lors du ferrage notamment : en un tour de molette, vous passerez aisément d’un frein « ouvert » à un frein « fermé ».

Le frein avant rapide et précis du Shimano Ultegra 14000 XSD.

 

Ces deux propriétés sont difficiles à combiner sur un même moulinet. Généralement, les moulinets à freins précis ne sont pas rapides, ou inversement les moulinets à frein rapide ne sont pas précis. Des marques comme Shimano, par exemple, maîtrisent cependant tout à fait cet exercice et proposent, sur ses gammes haut de gamme notamment, d’excellents freins rapides et précis.

 

On appréciera davantage les moulinets à frein micrométriques face aux moulinets équipés de frein classiques. Ils apportent un certain confort à l’usage en émettant un bruit qui permet d’apprécier, à l’oreille et au toucher, le réglage du frein. Une caractéristique confortable que l’on ne retrouve malheureusement pas sur certains moulinets d’entrée de gamme, comme c’est le cas pour les Emblem S et X 5000 T par exemple.

Le célèbre Daiwa Emblem X 5000 T et son frein avant non-micrométrique.

 

  • Les roulements

Attention aux idées reçues ! Le nombre de roulements d’un moulinet n’est pas un gage de qualité. Bien que les moulins entraînent de nombreuses pièces en rotation, gardez à l’esprit que la qualité des roulements primera bien souvent sur la quantité. Contentez-vous alors de moulinets avec 2 ou 3 bons roulements traités anti-corrosion plutôt que d’opter pour des moulinets avec 12 voire 13 roulements de mauvaise qualité.

Les roulements à bille assurent la fluidité d’un moulinet.

 

  • L’oscillation et l’enroulement

L’oscillation conditionne l’enroulement du fil sur la bobine. Elle est optimale lorsqu’elle est lente, puisqu’elle permet de ranger parfaitement le fil sur la bobine pour le dévider dans les meilleures conditions lors de lancers appuyés. C’est le cas des moulinets haut de gamme comme les Shimano Aero Technium par exemple.

Enroulement parfait de la tête de ligne sur un Shimano Ultegra 14000 ci4 XSA.

 

  • Le ratio et le TMV

Le ratio (qui signifie « mesure », voire « rapport » en latin) est la vitesse de récupération d’un moulinet. Il indique le nombre de tours que fait la bobine par tour de manivelle. Plus le ratio de votre moulinet est élevé, plus vous récupérerez de fil par TMV (Tour de Manivelle) , jusqu’à 1m22 par exemple pour l’Emblem Spod de chez Daiwa avec un ratio de 5.1 : 1 (soit 5.1 tours de bobine par tour de manivelle). Une caractéristique particulièrement appréciable pour éviter de se fatiguer lorsqu’il s’agit de lancer et de ramener à longue distance un montage ou un spod en l’occurrence.

 

  • Le bâti

Le bâti constitue le corps du moulinet. Il est souvent fabriqué en graphite, en composite, en aluminium et inox, voire en plastique et parfois même en carbone et inox sur les moulinets hauts de gamme. Selon les matériaux utilisés, le moulinet sera plus ou moins léger et onéreux. Ainsi, il faudra débourser une certaine somme pour acquérir un moulinet avec un bâti léger, plus maniable et agréable à utiliser. Attention toutefois à bien choisir les matériaux du bâti de ses moulinets en fonction de son utilisation : le carbone, bien que plus léger, sera toujours plus fragile que l’aluminium.

 

  • La taille et le poids

Les moulinets utilisés pour la pêche de la carpe sont en règle générale plus gros que les autres moulinets. Ils assurent ainsi une plus grande robustesse, un meilleur ratio, ils accroissent la distance lancer et permettent de bien équilibrer les cannes lourdes des carpistes.

Votre type de pêche déterminera plus précisément la taille de vos moulinets. Pour les pêches à longue distance par exemple, optez pour un moulinet de grande taille, qui aura une plus large bobine et donc une plus grande capacité de fil ainsi qu’une plus importante propension à dévider du fil. Préférez cependant des petits moulinets pour des pêches plus light de type stalking ou vos pêches de bordure.

 

  • Les manivelles

Sur le marché des moulinets, globalement, toutes les manivelles se valent. Il y en a pour tous les goûts : manivelles simples, manivelles doubles sur certains moulinets comme les Shimano Baitrunner, manivelles repliables commr sur certains modèles de chez Daiwa, manivelles dévissables, interchangeables pour basculer d’un moulin de droitier à un moulin de gaucher… La manivelle est alors une formalité sur tous les moulinets.

On retrouve également différents knobs en fonction des marques et modèles. Les knobs sont les poignées de manivelle des moulinets, parfois en bois, en plastique ou encore en aluminium. Si les knobs sont importants pour le confort sur des moulinets de type carnassier ou truite, puisqu’il s’agit de lancer et ramener constamment, ils ne constituent pas un critère de choix sur un moulinet de type carpe : les différents types de knobs et leur matériau définissent simplement le style du moulinet.

Knob d’un moulinet Shimano Ultegra 14000 XS-C.

 

  • L’anti retour

L’anti-retour est le fait que votre moulinet ne tourne pas à l’envers lorsque vous moulinez « en arrière ». Choisissez autant que faire se peut un moulinet avec anti-retour infini, plus agréable à l’usage qu’un moulinet avec anti-retour dit « multipoint » comme les Emblem S et X 5000 T de chez Daiwa. La manivelle de ces moulinets ne se bloque pas à l’endroit où on l’arrête : elle revient en arrière jusqu’à se stopper au premier point de blocage. Cette impression de jeu sur la manivelle est très inconfortable à l’usage.

À noter :

Comme sur la majorité des moulinets modernes, les moulinets destinés à la pêche de la carpe possèdent une sorte de loquet qui permet d’annuler l’anti-retour. Cette action sert notamment à dévider du fil pour en décoincer une partie coincée sous la bobine par exemple. Certains fabricants sont même allés jusqu’à développer un bouton supplémentaire destiné à ramener mécaniquement le galet du moulinet en haut de sa course pour pouvoir facilement saisir le fil pour lancer. C’est le cas de Daiwa avec son ingénieux Emblem Spod.

 

En conclusion, quel moulinet pour débuter ?

Encore une fois, je ne peux que vous conseiller de choisir un moulinet simple et robuste pour débuter, à frein avant, tel qu’un Daiwa Emblem S ou X 5000 T ou un Shimano Aerlex. Oubliez dans un premier temps les technologies de pointe et les matériaux hauts de gamme qui feront grimper le prix de vos moulinets et qui en feront des engins plus délicats à manipuler.

Toutefois, si vous affectionnez le confort des moulinets débrayables, je vous conseille de vous orienter vers la marque Shimano qui propose des mécaniques débrayables très fiables à prix corrects sur toutes les déclinaisons des modèles Baitrunner.

 

Astuce : les moulinets de surfcasting (pêche à la calée en mer, depuis le bord) sont conçus sur la même base que les moulinets du rayon carpe. Le surfcasting impose en effet les mêmes contraintes techniques que celles que l’on rencontre en pêchant la carpe. Les moulinets sont alors très semblables et exposent les mêmes caractéristiques : robustesse, frein puissant, bobine big pit, etc. Si bien que certaines marques (Shimano, Daiwa, Penn, Tica et même Caperlan) proposent exactement les mêmes références dans leurs catalogues Carpe et Surfcasting. N’hésitez pas à jeter un coup d’oeil dans les deux rayons pour dénicher la bonne affaire avant d’acquérir votre jeu de moulinets !

Advertisement
A propos de l'auteur
Etudiant en Communication, je suis aussi et surtout passionné de pêche depuis mon plus jeune âge. Après avoir longtemps arpenté les berges en cherchant les carnassiers et truites au leurre, j'ai eu un déclic pour la pêche au coup à la grande canne. Plus tard, mon attrait pour les poissons blancs m'a mené vers ma pêche de prédilection : celle de la carpe, que j'ai tantôt exercée en compétition, tantôt en loisir, en street comme à la campagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Remonter en haut